NeurosciencesParfum

In-Spirétude #2 – Performance et Mémoire des odeurs

By 31 janvier 2019 mai 7th, 2019 No Comments
Les odeurs améliorent la performance et la mémoire

La performance boostée avec la stimulation olfactive: Avons-nous la mémoire des odeurs?

Avez vous déjà lu des rapports de recherches ? C’est long, vraiment long. C’est compliqué, et puis c’est en anglais. Il y a beaucoup (trop) de chiffres, de tableaux, d’abréviations; bref, on a peu de chance d’allez au bout ! Pourtant, c’est une mine d’or d’informations. La recherche, c’est ce qui guide nos prochaines innovations.

Nous vous proposons notre rubrique « In-Spirétude »: des études neuroscientifiques expliquées simplement pour en comprendre l’essence en 2 minutes !

Découvrez les sujets abordés dans les autres In-Spirétudes :


« Odor Implicit Memory and performance effects. »

Cette étude se base sur deux principales hypothèses : les sujets soumis à une stimulation olfactive sont plus créatifs et productifs. Nous avons une mémoire implicite des odeurs autrement dit, des connexions se font sans que nous n’ayons conscience de l’odeur.

La mise en scène

Sur la ligne de départ, nous retrouvons 108 participants, 54 hommes et 54 femmes, séparés ensuite en trois groupes de 36: un groupe de contrôle, un groupe lavande et un groupe jasmin. Chaque groupe passe différents tests (mathématiques, concentration, créativité) dans des conditions différentes et sans aucune information. Vous l’avez compris, un groupe est dans une salle avec diffusion de lavande, le second avec une diffusion de jasmin, et le troisième sans diffusion. Le plus important: aucun groupe n’est au courant de la diffusion de parfum dans les salles. Toutes les précautions sont prises pour que les participants ne découvrent pas l’odeur et n’aient pas conscience qu’elle joue un rôle dans l’étude (sinon, ils sont exclus!).

Le Test

Ensuite, après une pause pour relaxer leur petit nez, tous les sujets réalisent un test d’association entre un contexte visuel et une odeur. Ils ont devant eux 12 flacons, numérotés, mélangés (impossible de tricher!) et 12 images sur un rétroprojecteur : un bureau, une voiture, une cuisine, un train, etc. Ils doivent noter la correspondance entre ces 12 odeurs « de tous les jours » et le contexte. Exemple : l’odeur de café correspond bien avec le bureau, ou la cuisine. L’odeur de plastique correspond bien avec la voiture, etc…). Ils précisent ensuite le lieu et la date à laquelle ils ont senti pour la dernière fois ces odeurs. Parmi ces odeurs, se trouvent la lavande et le jasmin (tiens tiens comme on se retrouve!). Les participants doivent reconnaître l’odeur dans laquelle ils ont passé le test le matin.

Si nous concluons ?

De cette expérience qui peut paraitre, à première vue, un jeu pour enfant, on en retire énormément de conclusions.

Premièrement, les résultats des tests mathématiques montrent que la perception inconsciente d’une odeur affecte de manière significative les résultats ! On la refait : le groupe lavande a fait beaucoup moins d’erreurs que les autres. Là encore, comme lors de l’In-Spirétude #1, on a la même explication : le test est vécu comme un moment stressant pour les sujets; ceux du groupe lavande sont plus relaxés et réussissent mieux le test.

En ce qui concerne le test de créativité, les groupes exposés à des odeurs ont donné une quantité plus importante de réponses que le groupe de contrôle. On ne peut juger de la qualité, mais la quantité était bien supérieure (n’est-ce pas ce que l’on cherche en premier lors de séances de créativité?).

Cette étude prouve bien l’hypothèse de départ, à savoir : les connexions se font de manière inconsciente. La conclusion du test des associations est que, lorsque l’on demande au sujet d’associer une odeur à un contexte visuel, c’est la mémoire épisodique qui reprend le contrôle — il s’agit du processus par lequel l’humain se souvient des événements vécus avec leur contexte (date, lieu, état émotionnel). Un exemple pour mieux comprendre: quelqu’un rentre dans une voiture; il est exposé sans s’en apercevoir à l’odeur de la voiture et n’en est pas conscient. Il est pourtant capable, bien longtemps après, de la reconnaître parmi plusieurs odeurs si nous lui demandons l’odeur de cette voiture.

En clair, pas besoin de sentir l’odeur pour qu’elle agisse sur nous, fort non ?


Retrouvez l’étude intégrale ici.