NeurosciencesParfum

In-Spirétude #4 – Perception des odeurs et Comportement

By 9 juin 2018 février 11th, 2019 No Comments

La perception des odeurs: Quels effets sur nos comportements ?

Avez vous déjà lu des rapports de recherches ? C’est long, vraiment long. C’est compliqué. Et puis c’est en anglais. Il y a beaucoup (trop) de chiffres, de tableaux, d’abréviations; bref, il y a peu de chance que vous alliez au bout ! Pourtant, c’est une mine d’or d’informations. La recherche, c’est ce qui guide nos prochaines innovations.

Nous vous proposons notre rubrique « In-Spirétudes »: des études neuroscientifiques expliquées simplement pour en comprendre l’essence en 2 minutes !

Découvrez les sujets abordés dans les autres In-Spirétudes :


« Effects of ambient odors on reaction time in humans. »

La perception d’odeurs peut modifier les émotions, l’humeur, voire même le comportement des individus. Cette étude, elle, montre les effets des odeurs sur le temps de réaction face à différentes stimulations.

Dans les études analysées précédemment, on avait en général 3 groupes: un groupe de contrôle (sans odeur) et deux groupes avec des odeurs différentes . Le point commun de tous les parfums utilisés était leur côté plaisant, agréable. (la lavande, le jasmin, la menthe, le muguet…).

Le premier objectif de cette étude est de démontrer l’effet de certaines odeurs sur notre temps de réaction. Les auteurs ont également pris le soin de comparer une odeur plaisante avec une odeur dite désagréable. Ici c’est donc la Lavande et la Pyridine (pour ceux qui ne connaissent pas, imaginez une odeur de poisson après quelques jours sur l’étal…).

Le test

33 femmes sont convoquées pour prendre part à cette expérience. Elles sont séparées en 3 groupes: un groupe de contrôle sans odeur, un groupe lavande et un groupe pyridine. Elles participent à trois sessions: une avec des stimulations visuelles, une aSi nous vec des stimulations visuelles ou acoustiques, puis une dernière avec uniquement des stimulations acoustiques.

Lors de chaque session, des signaux sont émis. Face à un écran, le sujet, doit appuyer sur la barre d’espace le plus vite possible quand il aperçoit un signal visuel ou qu’il entend un son. Le temps de réaction et ensuite mesuré. 20 signaux sont envoyés de manière aléatoire lors de chaque session.

Et si nous concluons ?

Lors des trois sessions, les temps de réaction sont diminués de 20 à 30 millisecondes (soit 10% !) par rapport au groupe de contrôle. La première conclusion est donc que la présence d’odeur modifie le temps de réaction pour des tâches simples. La seconde est d’autant plus intéressante. Nous ne constatons aucune différence significative entre le groupe Lavande et le groupe Pyridine. Il n’y a donc pas de corrélation entre la performance, la valeur hédonistique et l’influence du parfum sur notre humeur (qu’il soit agréable ou désagréable).

Remarquons en revanche deux effets psychologiques inverses :

L’odeur plaisante de la lavande et son activité déstressante est capable de contrer les réactions négatives dues au stress. Elle améliore donc la performance. L’odeur désagréable quant à elle, renforcerait l’excitation, et participerait donc à améliorer la performance des sujets.

De manière surprenante, la présence d’odeurs, une stimulation supplémentaire à notre environnement, agit sur notre temps de réaction. En comparaison, d’autres stimulations n’auront pas le même effet sur le comportement humain. Alors, pas de panique si vous n’appréciez pas spécialement l’odeur, elle vous aide quand même !


Retrouvez l’étude intégrale ici.