Neurosciences

Mémoire olfactive : la tête oublie, le nez se souvient

By 22 mai 2020 juin 3rd, 2020 No Comments

 « Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu. Ce goût, c’était celui du petit morceau de madeleine que, le dimanche matin, ma tante Léonie m’offrait après l’avoir trempé dans son infusion de thé ou de tilleul »

Ce sont les mots de Marcel Proust, publié dans son ouvrage en 1913, À la recherche du temps perdu.

Ces mots sont en fait à l’origine de l’expression “Madeleine de Proust”… celle qui vous provoque une sensation de nostalgie, une sensation de replonger dans son enfance… grâce à une odeur.
Ce mécanisme, parfaitement décrit par Proust, c’est la mémoire olfactive.

 

La puissance du sens


D’après les scientifiques, les odeurs et le goût seraient plus évocateurs de souvenirs que d’autres sens. Pourtant, l’odorat a toujours été négligé comparé à la vue ou l’ouïe, considérés comme des sens plus vitaux.  En réalité, l’odorat est le seul sens directement lié au cerveau. Plus particulièrement, il est relié à la partie du cerveau qui régit les émotions, le comportement, l’anxiété… Explication.

Lorsque vous sentez une odeur, il se crée un processus de mémorisation

Sans reprendre tout le mécanisme de l’odorat, il faut savoir qu’après l’inhalation, le message odorant parvient jusqu’au cortex olfactif. Tout simplement, celui-ci fait partie du système limbique aussi appelé cerveau émotionnel : c’est le lieu de naissance des émotions, celui qui joue un rôle très important dans le comportement et dans l’activation de la mémoire.

Il existe donc un lien indiscutable entre odorat, émotion et mémoire

Sentir une odeur qui enclenche de vieux souvenirs, qui nous remémore un endroit ou une personne, une sensation ou une émotion vécue : nous l’avons tous expérimenté.  Que le souvenir soit positif ou négatif, l’odeur s’inscrit à vie. 

Sans même s’en rendre compte, la mémoire des odeurs intervient chaque jour dans notre quotidien. Toutefois, rappelons que tout le monde n’a pas la chance de vivre les émotions liées à l’odorat. En effet, certaines personnes sont incapables de percevoir les odeurs : on dit qu’elles souffrent d’anosmie. Par conséquent, impossible pour elles d’assimiler les odeurs à des souvenirs.

L’odeur contre la maladie d’Alzheimer

 

La perte d’odorat est l’un des premiers symptômes liés à la maladie d’Alzheimer. Par ailleurs, des scientifiques ont prouvé que stimuler les sens des patients et notamment l’odorat pouvait limiter ces symptômes. Parfums, mais aussi couleurs, sons… à présent les thérapies alternatives ne manquent pas. C’est d’ailleurs dans cette voie qu’In-Spir a décidé de s’engager aux côtés de la science.

Grâce au projet européen IT4ANXIETY, In-Spir intervient dans le domaine de la santé mentale et participe au développement de ces pratiques thérapeutiques. En collaboration avec des start-up comme Eldom, Sentimentics, et Brainscan, In-Spir travaille pour améliorer la gestion de l’anxiété des patients atteints d’Alzheimer grâce à l’odorat.

 

IT4ANXIETY

IT4Anxiety est un projet européen réunissant professionnels de la santé mentale et startups, mais aussi universités, centres de recherche, établissements d’enseignement supérieur et pouvoirs publics. Ce projet soutient la mise en œuvre de solutions innovantes à travers les start-ups dans le but de réduire l’anxiété des patients souffrant de maladies neurodégénératives ou du trouble de stress post-traumatique.